Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

188 – Quoi ? Pas de miracles ?

Jacques et Joëlle passent quelques jours avec leur ami Simon sur son petit voilier. Un matin ils se réveillent et réalisent que le bateau est en train de couler.

-- Qu'allons nous bien pouvoir faire, demande Joëlle.
-- Ne te fais pas de soucis, répond Jacques, Simon est très ingénieux.
-- Simon les appelle et leur dit : il va falloir abandonner le navire.
Joëlle était inquiète mais Jacques lui assura que Simon n'allait pas les laisser tomber.
-- Nous sommes seulement à une centaine de mètres de la rive, dit Simon, allons-y !
-- Mais comment allons-nous nous en sortir, voulu savoir le couple.
-- Nous allons nager bien sûr ! Voyant la déception sur le visage de Jacques, Simon lui demanda ce qui n'allait pas.
-- Jacques répondit : j'espérais que tu trouverais un moyen de nous faire atteindre la rive sans avoir besoin de se mouiller.

Un lecteur du début me manifesta la même déception. Il pensait que je serais capable de trouver un moyen de nous faire atteindre directement notre nouveau monde économique sans se « mouiller » dans l'économie environnante de « ceux-qui-prennent ». La nouvelle économie tribale (qu'au mieux je peux à peine imaginer) est la terre ferme devant nous. L'atteindre en se tenant dédaigneusement en dehors de l'économie environnante ferait passer la marche sur l'eau pour un miracle très mineur.

Les commentaires sont fermés.