Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 153 – La tribu EST ses membres

    Lors d’un échange fameux à l’université Columbia, un membre du corps enseignant avait affirmé que le corps enseignant était l’université. Le directeur de l’université (l’ancien président des Etats-Unis Dwight D. Eisenhower) lui avait immédiatement rétorqué que les membres du corps enseignant étaient des employés de l’université. M. Eisenhower n’a pas la possibilité de me contredire si j’affirme que les membres d’une tribu ne sont pas des employés de la tribu, ils sont la tribu. Ca fait vraiment toute la différence.

    Vu que la tribu est ses membres, la tribu est ce que ses membres veulent qu’elle soit, ni plus ni moins. Si les membres de votre tribu s’attendent à ce qu’elle fournisse exactement la sécurité qui va du berceau à la tombe comme les tribus ethniques, alors faites-le ainsi. Mais ce n’est pas une obligation et ça n’a pas forcément beaucoup de sens dans un monde de tribus ouvertes. Dans un tel monde, par exemple, on peut tout à fait concevoir qu’un mari et une femme font partie de tribus professionnelles différentes, et leurs enfants peuvent même vouloir faire partie d’autres tribus. Cette diversité sans limites est fondamentale.

    Une tribu est un groupe de gens qui gagnent leur vie ensemble, et il n’y pas une unique bonne manière de le réaliser.

    Soyez inventifs.

  • 152 – Les tribus de l’esprit

    Les gens ont tendance à imaginer les tribus professionnelles dans une sorte de monde fantastique post-apocalyptique. Ils sont étonnés lorsque je leur fais remarquer qu’ils peuvent avoir une assurance maladie et un plan de retraite (s’ils le désirent) ou que le gouvernement sera toujours aussi intéressé à récupérer taxes et charges sociales. Mais si c'est le cas, demandent-ils, à quoi est-ce que tout cela sert ? Si le monde sera comme avant, pourquoi s'en soucier ? Ce sont des questions qui méritent une réponse.

    Notre Mère Culture nous enseigne que ce que nous avons besoin c'est d'un sauveur, une sorte de St. Arnold Schwarzenegger géant qui serait une combinaison de Jésus, Jefferson, du Dalai Lama, du Pape, de Gandhi, de Gorbatchev, de Napoléon, d'Hitler et de Staline tout à la fois. Nous sept milliards, selon Mère Culture, sommes incapables de faire quoi que ce soit. Nous devons simplement attendre tranquillement que St. Arnold arrive.

    Daniel Quinn enseigne qu'aucune personne seule ne sauvera le monde. Au lieu de ça (pour autant qu'il soit sauvé) il sera sauvé par des millions (et même des milliards) de gens vivant d'une nouvelle manière. Un millier vivant d'une autre manière ne va pas ébranler l'ordre dominant. Mais ce millier va en inspirer une centaine de milliers, qui en inspireront un million, qui en inspirera un milliard, alors là cet ordre mondial sera ébranlé !

    (Puis quelqu'un demande : « Mais si l'ordre mondial est ébranlé, qu'adviendra-t-il de mon assurance maladie ? »)