Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 151 – Et le soin aux ainés ?

    On m'a souvent demandé si les artistes de cirque prenaient soin des artistes à la retraite de la même manière que les tribus ethniques prennent soin de leurs ainés. Ce n'est pas ainsi que fonctionne le cirque, mais ce n'est pas non plus ainsi que fonctionne la vie tribale ethnique. Les jeunes chasseurs ne prennent pas soin des vieux chasseurs.

    Tout d'abord, le cirque ce n'est pas seulement des artistes. Les artistes sont largement surpassés en nombre par des gens qui font toutes sortes de choses, de même que les acteurs qu'on voit dans un film sont largement surpassés en nombre par les gens qui contribuent à la réalisation du film. Ensuite, parler de « artiste de cirque à la retraite » ne correspond pas à la réalité de la vie du cirque, ou à la réalité de la vie tribale ethnique où il n'y a rien de tel que des « chasseurs retraités ». Lorsque les artistes ne peuvent plus faire leur numéro, ils passent à une autre tâche dans le cirque. Il n'est pas nécessaire qu'on « s'occupe d'eux » parce qu'ils ne peuvent plus marcher sur le fil ou faire des acrobaties.

    Quelle est votre conception du « soin » aux ainés ? S'il s'agit de tous les services d'un hôpital, alors aucune tribu ne fournira ce genre de service. IBM et General Motors ne mettent pas des hôpitaux à disposition de leurs employés, ils leur offrent des assurances maladie, et toute tribu peut faire de même.

    Si votre conception du « soin » aux ainés inclut la nourriture, l'habillement et le logis, et le genre d'attention que les ainés des tribus ethniques reçoivent, alors c'est tout à fait dans les cordes d'une tribu professionnelle.

  • 150 – La sécurité du berceau au tombeau ?

    Le plus grand bénéfice de la vie tribale ethnique est sans aucun doute le fait qu'elle fournit à ses membres la sécurité du berceau à la tombe. Et au risque de me répéter, ce n'est pas grâce à la sainteté ou à l'absence d'égoïsme des membres des tribus. Les babouins, gorilles et chimpanzés bénéficient du même type de sécurité dans leurs groupes sociaux. Les groupes qui fournissent ce genre de sécurité conservent manifestement mieux leurs membres que les groupes qui ne le font pas. Un groupe qui ne prend pas soin de ses membres est un groupe qui n'exige pas beaucoup de loyauté (et qui probablement ne durera pas très longtemps).

    Mais est-ce que les tribus professionnelles fournissent ce genre de sécurité à leurs membres ? En tout cas pas instantanément. Si vous et votre frère démarrez une affaire conventionnelle mardi, il peut difficilement s'attendre à pouvoir prendre sa retraite mercredi avec une rente complète pour le reste de sa vie, mais il pourrait l'espérer dans vingt ans, s'il aide jusque là à bâtir l'affaire.

    Le fait que les tribus ethniques peuvent fournir à leurs membres cette sécurité du berceau au tombeau est la vraie mesure de leur richesse. Les gens de notre culture sont riches de gadgets, machines et amusements, mais nous sommes tous biens trop conscients des conséquences effroyables de perdre notre job. Pour certaines personnes, trop, ça sonne comme la fin du monde: ils deviennent fous, s'arment et tirent sur leur ex-patron et finissent par se tirer une balle dans la tête. Ces gens n'ont vraiment pas un sentiment de sécurité.

  • 149 – Tâches tribales et schémas organisationnels

    Dans la compagnie néo-futuriste, tous les membres de la tribu font de tout: ils écrivent, se produisent, vendent des tickets, nettoient, etc. Il en va de même au Grand Cirque Combiné Culpepper et Merriweather où tout le monde fait de tout: montage des tentes, soins des animaux, numéros etc.

    Le East Mountain News était organisé autrement. Hap et C.J. récoltaient les nouvelles et vendaient des espaces publicitaires. J'assemblais la publicité, réglais le lettrage et la préparation à l'édition. Rennie assemblait les nouvelles, faisait la mise en page, était responsable de toutes les tâches de gestion, trop de tâches finalement. Vu que personne ne s'est présenté pour l'assister de manière tribale, nous aurions du embaucher du monde pour l'assister, mais nous ne gagnions pas assez d'argent pour cela.

    Nous n'avons pas réalisé qu'une tâche importante n'était pas réalisée par l'un de nous, une tâche importante qu'on pourrait appeler marketing. Personne ne s'est présenté pour améliorer la viabilité de la tribu en prenant en charge cette fonction. Le résultat fut que, à cause de ce manque de sens et d'expertise commerciaux, nous nous sommes retrouvés au pied d'un mur incontournable. Nous aurions du embaucher pour soulager Rennie mais ne pouvions le faire car nous manquions d'un membre tribal et nous ne savions même pas qu'il nous manquait.

    Une tribu qui se suffit à elle-même doit prendre en charge toutes les fonctions qui font son succès. Une tribu de constructeurs de meubles ne peut réussir sans un membre qui sache vendre des meubles.

  • 148 – Un nouveau business tribal

    Les gens me demandent souvent si je considère être un de « ceux-qui-laissent ». Dans le passé, je répondais que « bien sûr que non, je suis tout autant que vous prisonnier du système économique de ceux-qui-prennent. Je suis complètement dépendant de la vaste machinerie commerciale qui publie, distribue et vend mes livres. » J'ajoutais également que je serais très heureux de réduire ma dépendance de cette machinerie, même de dix pour cent, car cela représenterait une libération d'au moins dix pour cent de cette prison. Mais ce n'est que récemment que Rennie et moi avons pris des mesures décisives pour obtenir ces dix pour cent.

    Je produis beaucoup de matériel qui a peu ou pas de valeur « commerciale » (c'est-à-dire qui n'intéresse pas la machine de publication commerciale), mais cela ne signifie pas qu'elle n'a aucun intérêt pour mes lecteurs. Pour mettre à disposition ce matériel à ceux que ça intéresse (et dans l'espoir de gagner ce dix pour cent de liberté), nous avons décidé de fonder une société nommée New Tribal Ventures* qui mettra certains de mes travaux à disposition du public en dehors de la machine commerciale de publication US. Par exemple, deux petits livres intitulés The Book of the Damned** et The Tales of Adam** contiennent certaines expressions de mes idées parmi les plus fortes que j'ai jamais faite, mais tout le monde est d'accord pour dire qu'elles n'ont pas de valeur commerciale. Elles seront proposées par New Tribal Ventures en deux volumes intitulés An Animist Testament.


    *: "Nouveau business tribal" http://www.newtribalventures.com
    **: Le livre des damnés
    ***: Les contes d'Adam